Les entreprises européennes à la recherche d’employés qualifiés et déjà formés

Cutting a bank note
Cutting a bank note

Un rapport de la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB) indique que presque 90% des entreprises européennes ont, pendant les 12 derniers mois, réduit ou même arrêté d’investir dans la formation de ses employés, accentuant une pénurie de qualifications dans le domaine de l’informatique au sein des principales industries européennes.

Organisé par Accenture, ce rapport est basé sur une enquête de 500 managers dans des postes à responsabilité du gouvernement, du publique ou des entreprises Européennes. Alors que 72% des participants ont indiqué que ces entreprises devraient, en fait, accroitre leur budget de formation pour améliorer les qualifications de leurs employés, seulement 18% d’entre elles ont décidé d’accroitre ce budget pour l’an prochain.

Mark Spelman, DG en charge de la stratégie d’Accenture, a précisé : « Il existe un double paradoxe entre, d’une part, le fait que les sociétés européennes réduisent les budgets de formation alors qu’elles devraient investir plus encore ; et par ailleurs le fait que le manque de qualifications reste d’actualité, malgré un nombre important de talents inutilisés ici et dans le monde. Les employeurs ont conscience du besoin contre-cyclique d’investir dans le capital humain, mais ont des difficultés à trouver des solutions. Améliorer la situation des qualifications européennes serait la clef pour relancer la croissance économique, et la création d’entreprises et d’emplois. »

Cela signifie, pour les chercheurs d’emploi à la recherche d’un poste dans un des secteurs économiques européens, que l’expérience dans leur travail est devenue une denrée plus rare et recherchée, et notamment dans le cas où cette expérience leur a permis de développer des connaissances pointues. Pour les secteurs innovants tels que high-tech, technologies de l’information et en ligne (internet), l’expérience du candidat à mettre en pratique ces connaissances est aujourd’hui très valorisée par les entreprises européennes. Les professionnels de l’informatique (ou IT Jobs) dans ces marchés devraient s’assurer qu’ils sont en mesure de mettre en avant les expériences acquises, que ce soit la connaissance des langages informatiques, celle des systèmes d’exploitation ou du webdesign.

Les professionnels qui ont d’ores et déjà acquis ces qualifications et qui peuvent prouver qu’ils ont l’expérience de les mettre en pratique se trouveront en position de force dans les mois à venir alors que les réductions de budget de formation continuent de s’accentuer. Les entreprises seront très intéressées par les individus pour lesquels aucune formation n’est nécessaire, et qui peuvent être opérationnels rapidement et efficacement.

Rudi Thomaes, le PDG de la Fédération des Entreprises en Belgique, a précisé : « L’Europe a peut-être fait face à des contraintes de capital financier, mais cela n’implique pas qu’elle doive aussi faire face à des contraintes de capital humain. L’Europe peut améliorer la valeur, la liquidité et l’allocation efficace de son capital humain si elle se focalise de façon urgente sur la collaboration entre tous les secteurs de son économie, et ses entreprises. »

[Crédit image]

About Pyo

Webmaster et blogueur depuis plusieurs années et étudiant en sciences informatiques (UCL, Belgique), j'ai un intérêt particulier pour les nouvelles technologies et le blogging. Sur ce blog, je vous fais part de mes découvertes qui, je l'espère, vous intéresseront.

View all posts by Pyo →

5 Comments on “Les entreprises européennes à la recherche d’employés qualifiés et déjà formés”

  1. Bonsoir,
    A noter que la pénurie touche aussi les petites structures et pas seulement l’industrie. En France et dans le web pour parler de ce que je connais les bons développeurs web/web designer sont très rares (et donc souvent cher). Et il est difficile et couteux – même si il faut le faire autant que possible – de former les salariés. Je pense que le problème vient donc également (voire surtout ?) de la formation initiale. Du moins sur le secteur spécifique des métiers du web (peu d’école, rien ou presque à l’université). En tout cas chez nous, la Belgique est probablement plus en pointe là-dessus….

    Bonne soirée.

    1. Merci pour cette remarque 😉

      Au niveau des métiers du Web, en effet, il n’y a quasiment rien. Pour être à l’université pour l’instant (en informatique), je confirme: aucune formation n’est prévue dans le domaine du Web. A mon (humble) avis, c’est parce que ça n’en vaut pas vraiment la peine: pas besoin d’avoir un prof d’unif pour apprendre le Php et le Html.

  2. Bonsoir,

    « pas besoin d’avoir un prof d’unif pour apprendre le Php et le Html » oui et non 🙂 évidemment on peut apprendre seul bcp de chose mais encore faut-il partir dans la bonne direction, avoir de la méthode et de la rigueur. Sachant que ma remarque concernant l’ensemble des métiers du secteur. Je trouve dommage que les gens ne soient pas formé à ces métiers dans lequelles il y a du job !

    1. En effet. Mais alors, il faudrait plus un travail au niveau des écoles secondaires (quand les élèves ont 16-17-18 ans). Parce qu’une fois son choix d’étude fait, c’est assez contraignant de changer 🙂

  3. pas mal de personne commence à s’engouffrer dans le filon de la formation des métiers du web…. pour ne citer que celle qui fait beaucoup parler d’elle ces derniers temps EEMI de Simoncini, Niels et Granjon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *